C’est quoi la diversification alimentaire ?

Tout jeune parent, sortant à peine de la maternité, découvrant les joies des couches, de l’allaitement ou des biberons et qui a pu trouver (ou non) un mode de garde, entend parler un jour de “La Diversification Alimentaire”. Que ce soit pas son médecin, des amis, parents ou autre, on s’est tous demandé un jour … mais qu’est-ce que c’est ?

Tentons d’y voir plus clair …

Que mon enfant n’allait pas boire du lait toute sa vie, je m’en doutais bien … (encore que .. on peut pas ? C’est pratique pourtant !). Mais, comment, ça ne se fait pas tout seul ? Un beau jour bébé mange des petits pots, le lendemain une plâtrée de spaghettis bolo’ et puis les menu enfants au resto ?

Et ben non, ou plutôt si, bébé l’apprend tout seul, mais pas par magie. L’apprentissage des repas diversifiés (c’est à dire autres que le lait), ça s’apprend, comme tout dans la vie d’un bébé. Diverses approches existent et certaines règles sont à respecter pour éviter les allergies ou les risques d’étouffement. De plus, la période de la diversification est essentielle pour préparer l’enfant à garder toute sa vie un rapport sain avec l’alimentation. Mais pas de panique, tout s’apprend, le tout est de s’informer !

La diversification : définition

Commençons par l’aspect scolaire (promis, je ne vous bassine pas longtemps avec ça!) : “Chez le nourrisson, passage progressif d’une alimentation lactée exclusive à une alimentation variée.” (Larousse médical)

Ok, jusque là, on s’en doutait un peu. Mais à côté de cette définition simpliste, plusieurs images populaires ou issues de notre propre enfance tournent autour de l’apprentissage de l’alimentation chez l’enfant. Dans l’imaginaire, on a souvent l’image de cet enfant qui détourne la tête d’un air dégoutté en serrant les lèvres devant une cuillère remplie d’une purée indéfinie.. ou bien du parent qui tente par diverses astuces d’aligner les étoiles pour que bouche ouverte + cuillère de purée entrent en collision à un moment donné (l’avion qui rentre au garage, l’abeille qui s’approche, la cuillère pour papa ou pour maman, “ooh regarde”, etc.).

Qu’est-ce qui se cache derrière cette bataille ? Bien souvent, la peur du parent que l’enfant ne mange pas assez. Car oui, il paraît qu’un enfant qui va bien, c’est un enfant un peu potelé et qui mange beaucoup. Pourquoi ? Car nous sommes encore issus de générations ayant connu plusieurs guerres d’affilées et pour qui un bébé qui mange bien était signe d’opulence. Cela est d’autant plus vrai qu’à l’inverse, un enfant qui ne mange pas ou peu, c’est en général un signe qu’il y a quelque chose qui ne va pas.

Mais aujourd’hui … sommes-nous toujours obligé de remplir nos enfants ?

Bref, nous reviendrons sur ces considérations plus tard, mais cela fait la transition vers notre prochaine partie : les différents types de diversification alimentaire.

J’utilise volontairement pas le terme de “méthode”, car en général, malgré toute notre bonne volonté, la méthode qu’on cherche à appliquer à la lettre n’est pas celle que choisie l’enfant… Devant tant de spontanéité, notre idée d’appliquer une seule et même méthode est bien souvent réduite à néant .. parlons donc plutôt « d’approche » que nous proposerons à l’enfant.

Aujourd’hui dans les pays occidentaux, il y a principalement deux approches : l’approche classique et l’approche DME (diversification menée par l’enfant) – mais qui porte aussi d’autres noms.

L’approche classique :

La manière la plus courante de diversifier son enfant aujourd’hui est, à peu de choses près, la suivante (selon les sources cela varie légèrement, mais en moyenne c’est ça) :

  • début des premiers aliments autre que le lait vers 4 – 5 mois, par l’apport d’aliments mixés en purée et servi à la cuillère ;
  • introduction des premiers “morceaux” vers 8 – 9 mois avec différentes techniques (épaissir la purée et y ajouter des pâtes un peu trop cuites, proposer des légumes bien murs, etc.), tout en encourageant bébé à utiliser ses couverts. Ce passage peut varier dans le temps, certains introduisent les morceaux qu’après un an voire plus ;
  • puis il est communément admis qu’entre 12 et 18 mois l’enfant commence à utiliser ses couverts et qu’il devrait donc pouvoir manger proprement vers 2 ans.

Si certains d’entre vous ont des enfants (normaux) qui ont passé la barre des 2 ans, je pense qu’ils rigoleront un peu .. (autant vous le dire tout de suite, un enfant ne mange pas proprement avant son entrée à la fac ! – et encore.. )

La DME (Diversification menée par l’enfant) 

Cette approche, également appelée Diversification Libre et Autonome ou Baby Led Weaning en anglais peut se résumer par les principes suivants :

  • Attendre 6 mois révolus et/ou que l’enfant se tienne bien assis et démontre un intérêt pour l’alimentation pour commencer à lui proposer de l’alimentation
  • Lui proposer des aliments entiers et mous (c’est-à-dire non mixés, mais bien cuits par exemple, surtout au début) avec lesquels l’enfant pourra jouer, qu’il pourra manipuler, mettre dans la bouche, machouiller, etc. tout en gardant le lait comme aliment principal jusqu’à 1 an environ.
  • Puis laisser l’enfant développer ses goûts et ses préférences en lui proposant les mêmes repas que pour le reste de la famille.

Quelle que soit l’approche choisie, certaines règles de base sont à respecter pour tout le monde, notamment concernant les allergies, mais nous y reviendrons.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :